Message de José Bové à l’université d’été des Alternatifs

Publié le mardi  29 août 2006
Mis à jour le dimanche  12 novembre 2006
popularité : 20%

Cher(e)s ami(e)s, cher(e)s camarades,

Je me suis réjouis de votre invitation à venir participer à votre rencontre d’Auch. D’autant que nos sensibilités politiques sont très voisines, notamment sur la question d’une alternative au système libéral et productiviste, et que les prochaines échéances électorales nous rapprochent. Mais j’ai finalement décidé de n’aller à aucune des traditionnelles universités de rentrée et de privilégier le cadre unitaire de l’Alternative antilibérale pour 2007. Tous les collectifs départementaux existant doivent en effet se retrouver à Saint-Denis le 10 septembre. J’y serai pour débattre avec toutes celles et tous ceux qui veulent l’unité des antilibéraux.

Cher(e)s ami(e)s, cher(e)s camarades,

Plus d’un an après la victoire du non contre l’Europe libérale et quelques mois avant un cycle électoral dont l’enjeu principal est double - battre la droite et l’extrême droite et faire échec au social libéralisme - nous voilà confrontés à un choix stratégique essentiel : comment concrétiser, dans les urnes, l’unité d’un mouvement social engagé dans la lutte contre la mondialisation marchande et pour une politique de rupture avec le libéralisme et le productivisme économique ?

Cette unité, inscrite dans l’Alternative unitaire et l’appel à des candidatures communes de la gauche anti-libérale en 2007 et 2008, a vocation à rassembler les organisations, courants, militant(e)s politiques, syndicaux, écologistes ou associatifs autour des échéances électorales présidentielle, législatives, municipales et cantonales qui nous attendent. Mais elle a aussi pour objectif de dépasser nos différences, afin de construire une force capable d’imposer une véritable alternative politique et pas une simple alternance institutionnelle face à la logique libérale.

Le chemin de l’unité est semé d’embûches. Les réflexes bureaucratiques continuent d’agiter les patriotismes de parti. Les convergences programmatiques, réelles sur beaucoup de points, n’empêchent pas certaines discussions de se poursuivre - je pense évidemment aux questions de l’énergie et de la croissance. Même englué dans ses batailles internes entre présidentiables, le Parti socialiste ne ménage pas ses efforts pour tenter de reconstituer une nouvelle forme de gauche plurielle.

Aussi, nous devons faire preuve de détermination. Et travailler ensemble à préparer la réunion nationale du 10 septembre. Je vous livre les quelques points qui me paraissent essentiels afin de contribuer à vos discussions.

1°) Je constate qu’un certain nombre de courants politiques, qui sont parties prenantes du Collectif unitaire, continuent d’entretenir des ambiguïtés. Le PCF n’a pas tranché entre l’alliance avec le PS, au risque d’y perdre son âme et même son organisation, ou l’unité des forces antilibérales, comme le souhaite majoritairement son électorat. La LCR, de son côté, affirme garder la porte ouverte à l’unité mais maintient la candidature d’Olivier Besancenot. Il est temps d’arrêter de jouer au chat et à la souris. Nous devons demander aux uns et autres si, oui ou non, ils veulent des candidatures unitaires, non seulement pour la présidentielle, mais aussi pour les législatives, municipales et cantonales qui vont suivre ?

2°) Je souhaite que nous ayons l’occasion d’approfondir la discussion sur la plate-forme électorale, en y intégrant les éléments fondamentaux de l’écologie politique. La question sociale, fondamentale, ne doit pas occulter la question de la croissance - ou de la décroissance.

3°) Je suis d’accord avec Marie-George Buffet pour constituer un collectif de porte-parole de quelques membres. Mais pour éviter que nous en restions à un simple affichage symbolique, je suggère que ce collectif soit investi dès notre réunion nationale du 10 septembre et prenne en charge la pré-campagne. Nous démontrerions ainsi dans les faits que, face à la logique de personnalisation et de surmédiatisation d’une élection présidentielle, nous sommes capables d’engager une campagne à la voix plurielle. Il va de soi que toutes les sensibilités devraient être représentées dans ce collectif, dont naturellement les Alternatifs.

4°) Je suis partisan d’engager dès le 10 septembre la discussion sur le mode de désignation des candidat(e)s unitaires aux législatives, municipales et cantonales. Notre objectif est évidemment de parvenir à la désignation d’un(e) seul(e) candidat(e) ou d’une seule liste lors de ces échéances. S’agissant de notre candidat(e) à l’élection présidentielle, donnons la parole à l’ensemble des collectifs, d’ici la fin de l’année, pour choisir le meilleur profil. Je maintiens, à titre personnel, que le ou la candidate la mieux à même de symboliser notre unité ne peut pas être le ou la porte-parole d’un parti.

Cher(e) ami(e)s, cher(e)s camarades,

Le temps nous est maintenant compté. J’ai déjà dit que j’étais disponible pour être le candidat unitaire des antilibéraux dans une dynamique de victoire, et pas seulement de témoignage, en menant une campagne collective qui tranche avec la logique de personnalisation et de médiatisation. J’ai évidemment été sensible au soutien que les Alternatifs m’ont manifesté à cette occasion.

Il nous reste à gagner ensemble la bataille de l’unité.

Amicalement et fraternellement,

José Bové


Commentaires

Agenda

<<

2020

 

<<

Juillet

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois